Connect with us

Subscribe

Economie & Développement

Retards dans les payements, oppositions… Le projet de la pénétrante à la traîne !

Le projet de la pénétrante autoroutière devant relier la wilaya de Tizi-Ouzou à celle de Bouira n’avance pas au rythme escompté. Alors que la réception totale du projet était annoncée pour le mois de mars prochain, le taux d’avancement des travaux ne dépasse pas actuellement les 51%, apprend-on du directeur des travaux publics de la wilaya, M. Smail Rabhi.

Un taux qui n’a donc pas bougé depuis la fin de l’année dernière, ce qui ne présage de rien de bon quant au respect des délais avancés. À ce jour, alors que le projet a démarré en 2013, seuls 2 km de route ont été réceptionnés et sont fonctionnels sur les 10 prévus en priorité. Les 8 km restants, prévus pour avant la fin de l’année dernière, sont toujours en chantier et peinent à voir le jour.

Ce grand retard, le DTP l’explique par le problème d’opposition au niveau d’Oued Falli. «C’est un problème de contentieux lié aux exploitations agricoles», précise-t-il. Le responsable fera savoir que «les travaux sont à 98% à ce niveau et c’est une question de trois semaines de travaux, si toutefois l’opposition venait à être levée». Pour en revenir à la totalité du projet, le DTP situe donc les raisons du retard à deux niveaux. D’abord les oppositions.

L’installation d’un viaduc au niveau du village Maamar a été arrêtée par les riverains. «En collaboration avec l’APW, on essaye de régler ce problème. Les habitants veulent que le village soit contourné mais techniquement les choses sont compliquées, ça va coûter très cher et ce sera long. On essaie de trouver un terrain d’entente», souligne M. Rabhi. L’autre problème de taille qui ralentit et entrave l’avancement du projet dans sa globalité, c’est «les retards dans les payements. L’absence de crédit de payement retarde le projet à tous les niveaux.

Que ce soit pour le règlement des expropriés ou les travailleurs», détaille-t-il. A noter que, d’un côté, le manque d’effectif est en effet palpable sur les chantiers et, d’autre part, les grèves des ouvriers se succèdent depuis plusieurs mois pour réclamer le versement de leurs salaires. Cela donne lieu à une baisse importante dans la cadence des travaux. Concernant le dossier des expropriations, le DTP nous apprend qu’«une réévaluation a été obtenue».

Ce registre compte plus de 1 000 arrêtés, «l’opération est actuellement à 65%», informe le responsable, assurant que «dès que l’exercice 2019 sera ouvert, beaucoup de problèmes seront réglés». Le responsable précisera que l’’état d’avancement du projet au niveau des deux tunnels que compte cette pénétrante, à savoir Aït Yahia Moussa et Draâ El Mizan, est «satisfaisant». Les terrassements pour le premier sont achevés à 100%.

Pour le second, ils sont à 98%. Quant au taux général des travaux, il varie au niveau des ouvrages entre 12 et 100%. Il en reste encore 99 dont les travaux ne sont pas entamés. Pour rappel, la pénétrante autoroutière de Tizi-Ouzou devrait relier l’autoroute Est-ouest, depuis la sortie n°28 dans la commune de Djebahia à Bouira, à la ville de Tizi Ouzou, sur une longueur de 48 km, avec un profil en 2×3 voies, 21 viaducs et deux tunnels de 950 et 710 m.

Cette pénétrante compte aussi 25 km de routes secondaires, 7 échangeurs et 37 ouvrages d’art (dont les 21 viaducs, dont 16 sont situés sur la partie prévue dans la wilaya de Tizi Ouzou). Le projet a été attribué au groupement algéro-turc composé de ÖZGÜN, Nurol et ENGOA, en avril 2013, pour un montant de 55,96 milliards de dinars (près de 500 millions d’euros), pour un délai de 36 mois.

Kamela Haddoum

Source

Abonnez-vous à notre Newsletter

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trending

Abonnez-vous à notre Newsletter

Copyright © TiziDirect. Tous droits réservés.

Connect
Abonnez-vous à notre Newsletter